Mon plus beau ballet

Autrice : Natalia

Je suis née un jour de pluie, où les nuages voilaient encore l’astre de lumière. Les brises glacées s’apaisaient à peine et commençaient à fuir devant nous alors que nous n’étions encore que des enfants. Porteurs de vie et d’espoir, nous sommes les gardiens des couleurs et enclenchons le premier pas du renouveau.

Mon Père me porte encore dans ses grands et vastes bras. Depuis ma naissance, il ne m’a jamais délaissée et m’a nourrie d’amour et de promesses. Mais c’est le Vent qui m’a nourrie de rêves.

A chaque chanson, il me poussait à m’éveiller et à danser sur ses douces notes. Mon rêve a pris son premier pas quand j’ai enfin revêtu ma première robe d’émeraude. Je ressemblais à mes sœurs dedans, mais j’étais seule à porter les étoiles du songe.

Si jeune et pourtant si vive, mes plus belles valses ont toujours été accompagnées de ma paire légère. Un doux mélange de chant et de ballet, de caresses et de passion. La lumière elle-même venait applaudir et gardait ses yeux rivés sur notre bal amoureux. Elle nous regardait toujours plus souvent, nous remerciant de nos joyeuses rondes en rayonnant sur nos vies.

Il venait de jours en jours, de plus en plus souvent, accablé par son besoin de nous faire chavirer ensemble. Et mon Père accepta notre plus belle union. Alors petit à petit, je me peignis des plus beaux orangers et je rougis lorsque notre temps fut venu. Le Vent enfin m’a étreinte dans ses tendres bras et je pris l’envol de ma vie avec lui et lui seul.

Il fit danser nombreuses de mes sœurs, mais je fus la plus belle. La plus gracieuse. La plus rêveuse. J’ai dansé mon plus beau ballet, embrassée par mes rêves et mon rêveur. Jamais on ne vit plus belle danseuse et les étoiles m’en jalousèrent.

Elles n’auront jamais ce que mon Père m’a offert. Une vie de couleurs éphémère mais d’une beauté qu’elles ne sauront pas égaler car, protégées par leur Mère, jamais elles ne connaîtront les vagues du destin et la réalité de leurs charmes.

Mais après tout qui suis-je, moi, simple feuille et être passager dans leur éternité ? Juste un mirage du souffle.